La tour noire, vestige de la première enceinte de Bruxelles

Bizarre, vous avez dit bizarre ?

La tour noire de Bruxelles. Bien curieux endroit que celui-ci. Enclavé et encadré par un hôtel on ne peut plus contemporain, ce vestige d’une tour médiévale ! Encore une histoire belge ? On n’en n’est pas loin.

Question défense historique

Mais tout d’abord un mot quand même sur cette tour, même si je consacre par ailleurs un article complet sur la première enceinte. La tour noire faisait donc partie de la première fortification de la ville, érigée sous Lambert II, au début du XIIe. siècle. C’est le fidèle et rigoureusement suivi du tracé qui fait l’objet de la visite guidée Bruxelles médiéval. Il permet ainsi de se rendre compte de ce qu’était l’ensemble de l’étendue et du relief de la ville à l’époque.

Mais je m’égare, revenons à la tour noire de Bruxelles. Elle faisait donc partie du système défensif de la ville, parmi les 40 autres tours qui composaient la première enceinte de Bruxelles.

Ces tours étaient réparties tous les cinquante mètres environ, afin de permettre un tir croisé d’arbalètes sur les éventuels envahisseurs de la ville. Les murs avaient une épaisseur entre 2,3 et 3 mètres. Tout ce système devint bien évidemment insuffisant à la fois en fonction de l’accroissement de la population urbaine et des progrès en armement. Ce qui explique qu’assez rapidement, la ville de Bruxelles se dota d’une seconde enceinte, moins de trois siècles plus tard.

tour noire, vue de face, vestige de la première enceinte de la ville de Bruxelles, 12 e siècle

Question de cachet sur un document

Bon, ça c’était pour un peu d’Histoire. Maintenant, franchement, en tant que touriste, vous pouvez vous demander ce que vous faites-là, non ? Si vous vous approchez de la tour, vous apercevrez les gens en train de manger à l’hôtel, donnant au lieu un aspect de zoo, en se demandant bien qui est le plus curieux des deux. Et si d’aventure, vous vous glissiez derrière le mur, vous apercevriez des restes de passage de SDF et/ou toxicomane. Déplaisant. Réalité urbaine.

Pourquoi dès lors, à l’occasion de la construction de l’hôtel n’a-t-on pas détruit cette tour ? Parce qu’elle est classée, figurez-vous. Depuis 1937, elle figure au titre des monuments historiques. C.Q.F.D.

Pour la petite histoire et la bonne bouche, après le démantèlement de la première enceinte de Bruxelles, la tour devint propriété privée, puis caberdouche. Ce qui explique sans doute / aussi le fait qu’elle franchi les affres du temps et des démolitions / reconstructions.

La grande grue et la tour noire, fin 19e. siècle, musée de la ville de Bruxelles.

Question de relooking


Là où ça devient amusant, c’est qu’on lit et dit souvent que la tour noire de Bruxelles, monument classé, est un des rares vestiges de la première enceinte de Bruxelles. Je le dis aussi, et c’est juste.
Ce qu’on oublie souvent de préciser, à l’image de Carcassonne, par exemple, c’est que son look n’a rien de celui qu’elle devait avoir à l’époque. En effet, lors du voûtement de la Senne en 1888, Charles Buls, bourgmestre de Bruxelles et ardent défenseur du patrimoine, sauva la tour de sa démolition et demanda à un des ses architectes favoris, Victor Jamaer de lui « redonner vie », si je puis dire.

Ce dernier fit reconstruire le pignon à gradins et la toiture conique.
La question demeurera à jamais : était-ce là le vrai look de la tour médiévale. Comme à Carcassonne et suite aux travaux de Viollet-le-Duc, c’est une question qui se tranche à grands coups de lambic, 🍺 après une chouette visite guidée.  

Ce qui est certain par contre, c’est que Jamaer reconstitua également la courbure de la face extra-muros de la tour. Et c’est bien là un des intérêts principaux et une des raisons qui me font amener les groupes devant la tour. Ce qu’on voit, la face visible de la tour est donc bien situé à l’extérieur de la ville, hors des murs. Pour tout vous dire, c’est ici que je sors le plan de la première enceinte de Bruxelles et le montre à mes participants. Ils peuvent ainsi mieux se rendre compte à la fois de la taille de la ville au Moyen-Age, de la courbure dans l’enceinte et – surtout – de l’importance du port de la ville.
Lors du parcours médiéval dans Bruxelles, nous verrons aussi les deux autres vestiges de la première enceinte de Bruxelles: tout ça en moins de 6 kilomètres … mon dieu que oui-oui, que cette ville était petite au 12e.siècle ! 

aperçu de la première enceinte de Bruxelles, rue de Ruysboreck
tour noire, vue de côté, vestige de la première enceinte de la ville de Bruxelles, 12 e siècle
plan des deux enceintes médiévales de Bruxelles

📑 Ne loupez pas les mises à jour de l’article : suivez la page facebook. 👍

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This