Charles-Alexandre de Lorraine

Charles de Lorraine

Nous sommes bien dans un site touristique de visite de Bruxelles. Non dans un cours d’Histoire.
Ce n’est pas pour autant qu’il nous faut mourir idiot ! Et comme Charles-Alexandre de Lorraine trône on ne peut plus haut, au sommet de la maison des Brasseurs à la Grand-Place, autant savoir de qui on parle. N’est-il pas ?
Vous trouverez ici :

Charles de Lorraine, alchimiste et franc-maçon ? à la Grand-Place de Bruxelles
portrait de Charles de Lorraine, gouverneur des Pays-Bas autrichiens, régnant sur Bruxelles

Charles de Lorraine :  l'homme l'Histoire

On peut le dire : les bruxellois l’aimaient bien. Autant ils se sont moqués de Charles II, autant ils apprécièrent Charles-Alexandre de Lorraine. Bon, c’est bien beau tout ça, mais c’est qui, ce Charles-Alexandre, à part un prénom kilométrique ?
Un gouverneur général des Pays-Bas autrichiens. Oups, un gros mot. Les Pays-Bas autrichiens : késako ? Un regard sur la carte ci-à-côté devrait vous éclairer.
C’est donc ce monsieur qui régna sur Bruxelles de 1741 à 1780. Il est inhumé à la collégiale Saint-Gudule. 

carte des Pays-Bas autrichiens

Oui, c’était le nom de la cathédrale-Saints-Michel et Gudule à l’époque (voir par ailleurs). Rien n’est simple en Belgique … merci pour votre empathie envers le guide. Sourire.

Et pourquoi les bruxellois l’aimaient-ils ?
Parce qu’ils lui doivent l’embellissement de la ville.
Jugez plutôt : il crée l’actuelle place Royale, le Parc royal, la rue Royale, l’actuelle place Anneessens, la place des Martyrs, et ni plus ni moins que ce qu’on nommait le Palais de la Nation, qui abrite aujourd’hui le Parlement….

Ceci étant, le bon peuple le lui rendit bien.

En témoignage de toutes ces innovations / créations, une statue à son effigie lui fut érigée –  de son vivant, s’il vous plaît ! – en 1775, sur la nouvellement construite place de Lorraine, (actuellement place Royale). Vous me direz qu’en ayant été vous y balader, c’est le copain Godefroy de Bouillon, oui celui des croisades, qui y trône majestueusement. C’est exact. Voir par ailleurs.; Mais ce n’est pas tout : on traça aussi une large drève de plusieurs kilomètres, reliant Bruxelles à Groenendael, en passant par le poumon vert de Bruxelles :  la forêt de Soignes. Son nom perdure encore : la  drève de Lorraine. Enfin, ses armoiries figurent également sur l’église Notre-Dame de Bon Secours. Voir par ailleurs.

statue équestre en l'honneur de Charles de Lorraine, au sommet de la maison des Brasseurs à la Grand-Place de Bruxelles

Charles de Lorraine :  statue ... à en hennir !

Avouez qu’elle a fière allure, la statue équestre de Charles de Lorraine, au sommet de la maison des Brasseurs. Et pourtant, il ne s’agit que d’une copie en bronze de la statue élevée en 1851. Laquelle d’ailleurs, avait été enlevée suite aux saccages des Sans-Culottes Français lors du sac de la capitale en 1792. En effet, ces derniers ayant détruit l’autre statue en l’honneur et à la mémoire de Charles-Alexandre de Lorraine (voir avant), les brasseurs eurent la bonne idée de protéger la leur ! Vous parvenez toujours à suivre … on en tomberait de cheval avec toutes ces statues équestres !

Et avant ça, une première statue en l’honneur du gouverneur des Pays-Bas autrichiens avait  été érigée en 1752.  Celle-là aussi fut l’objet de bien des péripéties, car réalisée par un artisan non membre de la corporation des batteurs de cuivre. C’est qu’on ne rigolait pas avec les cartes du parti à l’époque ! D’ailleurs un procès s’en suivit. Et vous pensez en avoir fini avec la statue équestre de la maison des Brasseurs ? Qué nenni !
Figurez-vous qu’avant d’honorer la gloire de Charles de Lorraine, les brasseurs avaient fait placer une autre statue équestre, en l’honneur de Maximilien-Emmanuel de Bavière.

Seulement voilà : de médiocre qualité, elle fut remplacée par celle à Charles-Alexandre. Et qui était ce cher Maximilien-Emmanuel de Bavière ? Un autre gouverneur des Pays-Bas. Mais Espagnols, cette fois. Ben, oui, car avant d’appartenir aux Autrichiens, Bruxelles a ppartenu aux Espagnols.
Pardon ? Vous éprouvez quelque peine à me suivre avec tous ces gouverneurs ? Je comprends. Et si on ouvrait un haras avec tous ces gouvernants ? Bon, ça va, je me tais. 😌

 

Charles de Lorraine était-il alchimiste ou franc-maçon ?

Charles de Lorraine :  alchimiste maître franc-maçon ?

Ah, la petite histoire de la grande !
Je parie une gueuze contre un lambic que vos yeux se sont attardés en premier sur cette partie de l’article. Gagné ? Ben oui, c’est logique.
Préparer son séjour à Bruxelles, c’est rêver.
Et quoi de mieux que des mots magiques tels qu’alchimie, franc-maçonnerie, occultisme ou hermétisme, pour vous aiguiser votre appétit neuronal ? 🤩

Il faut avouer que Charles-Alexandre de Lorraine est un bon client. Tout d’abord, fait attesté, il fut Grand Maître de l’Ordre Teutonique. Le commun des mortels ne sait absolument pas de quoi il s’agit, mais ça fait bien dans la conversation. Et puis, ça sonne un peu mystérieux. On commence bien. Ensuite, on sait de Charles-Alexandre de Lorraine, qu’il fut adepte de l’alchimie opérative, nommée à l’époque, les amusements. Passionné par les sciences – dont certaines branches contenaient la notion d’alchimie à l’époque – Charles de Lorraine avait fait aménager un laboratoire dans son palais. Et forcément, il s’y livrait à des expériences, dont la fameuse métamorphose du plomb en or. Attention. Sur ces points, nous glissons de l’Histoire à la petite histoire. Son journal secret contiendrait par ailleurs un procédé secret, une sort d’élixir appelé « eau hydroriadrague » censée guérir de certaines maladies. Ca continue fort, non ?

Franc-maçon, le Charles ?

Enfin, le meilleur pour la fin. : la franc-maçonnerie ! Charles-Alexandre de Lorraine aurait-il fondé la loge Saint-Charles ? Ce qu’on sait, certainement, c’est que sa belle-sœur (très influente) était antimaçonnique. Mais dans le même temps, son homme de chambre (tout aussi influent), était franc)maçon notoire. Va-t’en savoir ! N’empêche que cette histoire d’appartenance à la franc-maçonnerie passionne. Un œil sur ma bibliographie vous fera vite repérer quelques sources aussi intéressantes que crédibles qui ont écrit sur le sujet.
Et pour susciter un dernier regard pétillant dans vos yeux fatigués par ce long article : qu’en est-il de l’auguste geste de son bras, depuis là-haut, tout là-haut, sur le toit de la maison des Brasseurs? Vous le saurez en venant suivre une visite guidée de la Grand-Place de Bruxelles, axée sur ses mystères et symboles … Ben, voyons !

📑 Ne loupez pas les mises à jour de l’article : suivez la page facebook. 👍

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This